Qu’ont en commun l’ellipse et la fonction sinus dont les équations sont

thedudeminds_2013032610

 

Et bien ne tombez pas en bas de votre chaise, mais ces deux courbes ont la même longueur ! C’est-à-dire que si l’on considère la fonction sinus sur une période, par exemple entre -π et π, tel qu’illustré dans le graphique ci-haut, la longueur de la courbe sera égale au périmètre de l’ellipse.

Avec un peu de calcul différentiel et intégral, on peut trouver une expression représentant la longueur de la courbe sinus entre -π et π. Puisque la longueur de la courbe estthedudeminds_2013032701

on a dans ce cas-ci

thedudeminds_2013032621D’autre part, en prenant l’équation de l’ellipse,thedudeminds_2013032622

outhedudeminds_2013032623

et puisque

thedudeminds_2013032802on pose

thedudeminds_2013032633ce qui nous donne les équations paramétriques de la courbe

thedudeminds_2013032632pour des valeurs de t

thedudeminds_2013032631

Maintenant, avec les équations paramétriques de la courbe, on trouve également une expression pour le périmètre de l’ellipsethedudeminds_2013032628c’est-à-dire que dans ce cas-ci, on a

thedudeminds_2013032635

outhedudeminds_2013032634

En reprenant s1 et en utilisant les substitutions suivantes,thedudeminds_2013032636on obtient

thedudeminds_2013032637

Ah ! La même longueur, effectivement. Mais est-ce que ces manipulations algébriques ne sont que le fruit d’un heureux hasard ? Non ! Quel lien géométrique, fort distrayant s’il existe, unit ellipse et sinusoïde ?

À vos cylindres !

Comme c’est bien connu, l’intersection d’un cylindre circulaire droit et d’un plan (non parallèle au plan qui supporte le cercle directeur, mais ci-après on dira simplement non parallèle aux bases) est une ellipse. On peut considérer le cylindre comme un cône dont l’apex serait “à l’infini”. Autrement, la démarche classique faite avec le cône fonctionne aussi avec le cylindre. Pour étirer le plaisir, voyons. On insère deux sphères de Dandelin (dans le cas du cylindre, les sphères sont isométriques), tangentes au cylindre selon des cercles parallèles aux bases et également tangentes au plan sécant. Les points de tangence au plan sécant correspondent en fait aux foyers de l’ellipse, F1 et F2 comme dans le schéma ci-dessous.

thedudeminds_2013032702

Mes plus fines compétences avec Géogébra et Gimp enfin réunies dans une seule image

On appelle l’intersection du cylindre et du plan E. On trace la droite F1F2 et intercepte E en A et B. On considère un point quelconque M de E. On cherche les points L et K qui sont en même temps sur les cercles de tangence au cylindre des sphères et sur la droite génératrice qui supporte M. Ainsi, LM et K sont colinéaires. Comme MF1 et MK sont deux tangentes à une même sphère menées d’un même point extérieur (M) à la sphère, on athedudeminds_2013032703et de la même manièrethedudeminds_2013032704En sommant on trouvethedudeminds_2013032705

Les cercles de tangence étant parallèles aux bases, thedudeminds_2013032706et donc E est une ellipsethedudeminds_2013032708

 dont les points F1 et F2 sont les foyers et dont le segment AB est le grand axe.

 

À vos ciseaux !

On sait aussi qu’il est possible de couper, dérouler le cylindre et de le mettre à plat sur la table. On dit que le cylindre est une surface développable. Ce processus (“dérouler” le cylindre) préserve localement les distances. On peut faire le même genre de transformation avec d’autres solides, comme le cône bien entendu, mais pas avec d’autres, comme la sphère. Bref, qu’arrive-t-il lorsqu’on développe un cylindre “tronqué” ?

0327131609-00

0327131609-01

 

0327131610-00

Mince alors ! Un sinusoïde.

Afin d’y voir plus clair, on considère le (très joli) schéma suivant. Un cylindre circulaire droit de rayon r a été coupé par un plan suivant un diamètre de sa base et incliné d’un angle θ, où 0 < θ < π/2 (en anglais, ce solide s’appelle un cylindrical wedge). Lorsqu’on met à plat le cylindre, la circonférence se “déroule” selon un axe rectiligne. Ici, on pose x comme la mesure de l’arc de cercle entre A et B. La hauteur de la courbe est représentée par la cathète du triangle orange.

thedudeminds_2013032601

En se rappelant qu’un angle exprimé en radian correspond au rapport de l’arc de cercle intercepté et du rayon, on peut exprimer facilement la mesure de l’angle φ dans le triangle vert

thedudeminds_2013032709Cela nous permet aussi de trouver la mesure de z,thedudeminds_2013032801En considérant le triangle orange, on peut exprimer la mesure de y

thedudeminds_2013032711
Or comme r et θ sont des constantes pour un cylindre et un plan donnés, y est une fonction de x, une fonction sinusoïdale dont l’amplitude est r tan(θ) et la période est 2πr. Pour un rayon r fixe, l’amplitude du sinusoïde augmente donc lorsque l’angle θ augmente.

L’arche sous l’axe des x de la fonction sinus (c’est-à-dire la deuxième partie de sa période) provient d’un second cylindrical wedge symétrique “sous” le cylindre.

 

Références :

Tom M. Apostol et Mamikon A. Mnatsakanian, Unwrapping curves from cylinders and cones, American Mathematical Monthly, 114 (2007), 388-416

L.R. King, An ellipse morphs to a cosine graph, The College Mathematics Journal, 44 (2013), 117- 123